L'abbaye Royale

PLANIFICATEUR

CITÉ IDÉALE #2 - Clôture de l'Exposition 2018

Pour marquer la clôture de l’exposition « Madame de Montespan et Gabrielle de Rochechouart. De Versailles à Fontevraud, être femme au XVIIe siècle », l’Abbaye Royale de Fontevraud vous propose une série de conférences. Lors de cette journée, les différents intervenants présenteront les multiples facettes de la vie des femmes à cette époque. L’occasion de découvrir les arts de la toilette, de la mode et des parfums, mais également les fascinantes intrigues des femmes de pouvoir qui, à l’instar de Madame de Montespan, régnèrent sur Versailles. Un parcours à travers la vie littéraire et spirituelle de ces femmes, des jeunes demoiselles de la maison d’éducation de Saint-Cyr aux grandes figures érudites telles la Marquise de Sévigné et Madame de Lafayette. Découvrez une histoire riche dans un cadre propice, celui de l’Abbaye Royale sur laquelle régna Gabrielle de Rochechouart, une abbesse pieuse autant que cultivée.

Gravures : 

« Dame de qualité en habit d'écharpe »

« Dame de qualité en habit d'Esté », Six modes françaises inventées, dessinées et gravées par Bernard Picart et par Gaspard Duchange, Bibliothèque de l'Arsenal, © BnF

PROGRAMME

11H00 : Géraldine CHOPIN (commissaire de l’exposition « Être femme sous Louis XIV », directrice du Musée-Promenade de Marly-le-Roi/Louveciennes), La « guerre des sexes » au XVIIe siècle

L'inégalité homme femme est un fait dans la France du XVIIe siècle. L'infériorité de la femme est remise en question par quelques penseurs et philosophes. Ces voix minoritaires et l'observation de destins individuels font comprendre, qu'en dehors de toute revendication, des femmes parviennent à entreprendre, diriger et occuper l'espace en dehors de tout joug masculin. 

Madame de Montespan et Gabrielle de Rochechouart

11H45 : Agnès WALCH (professeur des universités, université d’Artois, CRESH), Les femmes de la famille Mortemart : des reines à la cour. 

Saint-Simon prétendait que l’esprit Mortemart était inégalable. Sans doute est-ce pour cela que la famille a connu son apogée au Grand Siècle. Son influence n’est pas réductible à la seule figure de Madame de Montespan, la grande favorite du Roi-Soleil, qui a vécu des amours tumultueuses avec lui. Ses sœurs furent également proches du souverain, en tout bien tout honneur pour l’abbesse de Fontevraud. Leur mère déjà jouait discrètement un rôle non négligeable. Elles n’auraient pas contribué à l’ascension sociale de leur lignage, si leur éducation n’avait été soignée. Evoquer leur figure, c’est montrer l’influence des femmes dans la société du XVIIe siècle

12H30-13H15 : Grégory VOUHÉ (historien de l’art, ERHAM, Centre André-Chastel), Les dernières années de madame de Montespan à Fontevraud, Saumur et Oiron

Faute de documents très nombreux, les biographes de madame de Montespan brodent toujours sur les mêmes éléments. La remise à plat du dossier permet de mieux comprendre son installation à Oiron, suite aux déboires de l’hôpital qu’elle venait d’installer à Fontevraud. D’où, possiblement, le proverbe qu’elle fit peindre sur des carreaux de faïence : « on va bien loin depuis qu’on est las ». On s’intéressera aussi à la vaisselle d’étain de l’hôpital, comme aux livres de madame de Montespan ou à quelques lettres peu connues écrites de Fontevraud.

Fontevraud au XVIIe siècle

14H30 : Daniel SAULNIER (musicologue, université de Tours, CESR), Musique et cérémonies au Grand Moûtier au XVIIe siècle.

Le Cérémonial publié en 1628 par l'Abbesse de Fontevraud permet de connaître en détail les rites de la vie quotidienne des moniales et la place importante qu'y occupait la musique. Ce Cérémonial nous guidera à travers processions, offices et cérémonies nous permettra finalement de découvrir le cœur de la spiritualité musicale des moniales du Grand Moûtier.

15H15 : Bénédicte FILLION BRAGUET (historienne de l’art, université de Poitiers, CESCM UMR 7302), À la lumière des sources : les conditions de vie des religieuses dans les prieurés fontevristes au XVIIe siècle. 

Les archives des prieurés fontevristes sont particulièrement riches pour les XVIIe et XVIIIe siècles, révélant le quotidien de religieuses en lutte perpétuelle : contre l’abbesse ou leur supérieure, leur confesseur,  contre la communauté, la famille du seigneur fondateur, contre la maladie et la pauvreté. À travers ces écrits, on approche l’organisation de leur communauté, mais aussi leur origines sociales, leur niveau d’instruction, les personnes qui gravitent autour d’elles, mais aussi ce qui les animent.

16H : Annick LE GUERER (anthropologue, philosophe et historienne, université de Bourgogne, LIMSIC, co-commissaire de l’exposition « Être femme sous Louis XIV »),  La parfumerie et la toilette au XVIIe siècle

Une profusion de fragrances  imprègne littéralement la société  française du XVIIe et du XVIIIe siècle. Cette imprégnation touche aussi bien les pratiques d’hygiène publique  que la toilette et la beauté au sens le plus large du terme. Elle va de la désinfection des maisons au parfumage du chapeau jusqu’aux chaussures en passant par les chemises, les pourpoints et tous les accessoires de l’élégance : perruques, mouchoirs, objets de toilette, éventails et même bijoux. Le parfum est omniprésent au point que dans toute l’Europe on parlera de Versailles comme de « La Cour parfumée  »

LE 27 octobre 2018 /

Horaires : 11h00 Tarif : Gratuit avec ticket d'entrée
Public : Adulte Langue : Français
Fontevraud