menu
Billetterie
Chargement Évènements
  • Livre du gisant d'Aliénor d'Aquitaine © Léonard de Serres

Entretiens littéraires par Antoine Boussin : Florian Mazel

samedi 13 novembre 2021 · 15h00

Réservez

Inclus dans le billet d’entrée • Sur réservation

La fascination du public pour le Moyen Âge, à travers les écrits des historiens et des romanciers, ne faiblit pas, se nourrissant des avancées et questionnements des chercheurs. 

Pour plonger dans l’aventure du Moyen Âge, il faut lire Michel Zink, le rigoureux Georges Minois, ou encore Michel Pastoureau, dont on retiendra notamment les recherches sur l’histoire des couleurs. 

Pour éclairer la visite de l’exposition sur la dynastie Plantagenêt, la lecture de l’ouvrage de Martin Aurell « L’empire des Plantagenêts, une histoire du royaume de 1154 à 1224 » sera précieuse. Tout comme le livre sur ce même empire écrit par un grand historien, auteur d’un incontournable « Le roi René » : Jean Favier.  

Sans oublier bien sûr Maurice Druon, Régine Pernoud, Umberto Eco et d’autres écrivains qui nous ont questionnés, comme Amin Maalouf avec « Les croisades vues par les Arabes » et plus récemment Julie Claustre (éditions des Belles Lettres). 

Alors convoquons écrivains, historiens, et romanciers pour décrypter le Moyen Âge et les Plantagenêts, au cours de deux séances d’entretiens et rencontres avec le public, invités par Antoine Boussin.

 

LE LIVRE

Une ambitieuse synthèse intellectuelle qui propose, à la lumière des recherches les plus récentes, un nouveau récit du Moyen Âge européen.

Au cœur du Moyen Âge européen figure une institution singulière : l’Église, qui prend conscience d’elle-même comme institution et comme puissance entre le milieu du XIe siècle et le début du XIIIe siècle. Ce « tournant grégorien » constitue le point de bascule entre deux époques. Jusqu’au XIe siècle, un premier Moyen Âge demeure l’héritier de l’Empire romain chrétien qui en constitue toujours l’horizon idéologique. Le second Moyen Âge, à partir du XIIe siècle, pose les fondements d’un nouveau monde caractérisé par l’émergence de la ville et l’essor technologique, l’innovation intellectuelle et l’affirmation des pouvoirs administratifs.
L’ouvrage remet souvent en cause les grandes interprétations issues de la génération des maîtres, Georges Duby et Jacques Le Goff. Parmi ces révisons, on peut mentionner : la déconstruction du mythe des « grandes invasions », la redécouverte des réalités urbaines du premier Moyen Âge, le maintien des échanges en Méditerranée par-delà l’expansion de l’Islam, l’abandon du mythe des « grands défrichements », le laboratoire politique constitué par les communes urbaines aux XIIe-XIIIe siècles, la résilience des sociétés face à la crise des XIVe-XVe siècles…
Il propose une autre vision des enjeux géopolitiques de la période : la chrétienté latine est envisagée par ce qui l’unifie en son cœur mais aussi à travers ses périphéries septentrionale (monde scandinave), orientale (monde slave et magyar) ou méridionale (péninsules et îles méditerranéennes) ; elle est aussi considérée au miroir des chrétientés lointaines (la Géorgie, l’Éthiopie, l’Irlande) et à travers ses relations complexes avec les altérités voisines (Byzance, les pays d’Islam). La chrétienté latine est enfin replacée dans un système- monde qu’elle commence à parcourir à partir du XIIIe siècle, mais dont elle ne constitue jamais qu’un finistère.

 

L’AUTEUR

Florian Mazel est professeur à l’université de Rennes 2. Ses recherches sur l’aristocratie et l’Église l’ont imposé comme l’un des meilleurs historiens médiévistes français spécialistes de la société
féodale. Il a publié en 2010 une magistrale synthèse Féodalités, 888- 1180 (volume de « L’Histoire de France » dirigée par Joël Cornette aux éditions Belin) et en 2016 au Seuil L’Évêque et le territoire. L’invention médiévale de l’espace (Ve-XIIIe siècle). Il a par ailleurs participé, en tant que coordinateur, à L’Histoire mondiale de la France, dirigée par Patrick Boucheron (Seuil, 2017).

fermer
fermer
fermer
retour en haut

Inscription newsletter