menu
Billetterie
Chargement Évènements

Noël à Fontevraud

Du samedi 27 novembre 2021 au lundi 7 mars 2022

Réservez

Inclus dans le billet d'entrée

Dans une ambiance nocturne, un monde naît dans une petite goutte d’eau. La nature, la vie et l’humanité surgissent et créent l’environnement de Fontevraud, où l’imagination et la créativité jaillissent dans un flot continu. Couches après couches, ce nouveau monde forme une représentation hivernale de l’abbaye et de ses environs. Des murmures de vie commencent à s’accumuler dans une atmosphère intime et privée, créant une mélodie du silence. Nous observons la danse secrète et privée de la vie, dont tous les éléments coexistent et célèbrent leur équilibre. L’ensemble se termine par l’apparition d’une figure féminine représentant l’Abbaye, l’Hiver et la Créativité elle-même. De la femme nous remontons au commencement où l’eau tombe de nouveau, en tant que mère de l’univers.

 

Francesca Macciò est une artiste pluridisciplinaire basée à Rapallo en Italie. Née à Gênes, elle a fait des études en cinéma d’animation au Centre Expérimental de Cinéma de Turin après avoir été diplômée en design industriel. Elle a notamment reçu le premier prix lors du Vidéo Mapping Contest de Lille en 2019.

 

Francesca de Bassa est une réalisatrice et artiste qui utilise différents médiums. Elle a reçu différents prix pour ses courts métrages en animation. Sa pratique explore le thème de la féminité, la place des femmes dans la société et les questions de maladies psychiques. Son travail visuel passe souvent par une narration drôle et surréaliste.

Mika Oki est la cinquième lauréate de la résidence Murmures, qui permet à un compositeur de créer une pièce sonore pour le jardin du cloître. Son installation intitulée Expanding Tones explore le timbre à travers le travail du son de deux cloches.

Alternant entre sons brillants acoustiques et traitements électroniques, cette pièce offre une une masse sonore se fondant doucement en vagues de riches résonances harmoniques. Entre drones méditatifs et musique acousmatique, la pièce sonore parcourt dix-huit hauts parleurs à l’aide d’une spatialisation pensée pour les galeries du cloître. Comme le veut la musique électroacoustique, un son perceptible devient une ouverture vers de nouveaux espaces laissant place à l’imaginaire et à l’inconscient.

 

Artiste Franco-japonaise, Mika Oki vit et travaille à Bruxelles depuis cinq ans. Elle explore la notion d’espaces intangibles et de paysages émotionnels à travers la vidéo, la création spatiale et les installations sonores. Ses précédentes installations ont été exposées aux festivals Berlin Atonal, Le Garages Numériques et SONICA.

 

LA RÉSIDENCE MURMURES

Depuis sa création, le chant, la musique et le silence ont toujours eu une place prépondérante dans la vie de l’Abbaye. Puisés dans l’Histoire, les paysages sonores de Fontevraud sont multiples, il faut tenter de les rendre audibles. La résidence Murmures transforme le cloître en caisse de résonnance, grâce à des pièces sonores créées spécialement pour et à Fontevraud.

Dialogue entre création et patrimoine, l’exposition de Carmelo Zagari à l’Abbaye Royale de Fontevraud, vise à la double ambition d’inscrire le travail de l’artiste dans une perspective historique, tout en révélant la dimension contemporaine du lieu.

Carmelo Zagari construit, depuis près de quatre décennies, une œuvre en forme d’introspection de sa vie personnelle. L’exposition de Fontevraud, qui présente à la fois travaux anciens et œuvres créées pour l’occasion, est plus précisément centrée sur la question de l’héritage et de la transmission. Héritage doublement amputé par la perte de racines italiennes et par la disparition prématurée de la mère.

Pour l’enfant Carmelo, seul reste le père, figure à la fois tutélaire et bienveillante, dont la voix aux accents calabrais, transmet cet impossible héritage ; alors, imaginant les figures de l’enfant et de la mère, l’artiste se construit une famille.

Au centre de l’exposition, en lieu et place de l’autel de l’abbaye, La Lanterne magique. Œuvre ancienne réactivée, elle prend ici la double nature de tabernacle et de maquette d’église.

De cette structure métallique émane La voix du père, voix à partir de laquelle l’exposition fonctionne comme une respiration à l’échelle du lieu, un espace en expansion suivant les deux plans du chœur et des chapelles du déambulatoire.

Dans le chœur, quatre grandes toiles en lévitation : de part et d’autre Femme et Enfant, œuvres de 1991, introduisent un diptyque monumental, création originale qui livre, par la juxtaposition de scènes comme dans un collage, l’histoire incertaine de la famille de l’artiste.

Ce diptyque s’ouvre sur la chapelle axiale du déambulatoire ou trouve La merveilleuse et miraculeuse histoire de l’étoile du berger, vierge à l’enfant peinte en 1981, à laquelle répond une Nativité, sculpture conçue pour Fontevraud quarante ans plus tard.

 

CARMELO ZAGARI

Entre ces deux œuvres, le déambulatoire accueille un ensemble de peintures et sculptures qui évoquent le cycle de la naissance et de la mort, en écho à l’abbatiale et à ses gisants royaux.

Né à la fin des années 50 dans une famille d’émigrés italiens, Carmelo Zagari s’oriente très jeune vers la peinture. Les années 90 voient la reconnaissance nationale de son travail. En 1998, il occupe l’ensemble des espaces du Musée d’art contemporain (MAC) de Lyon pour une grande exposition monographique qui, pour la première fois, atteste de l’ampleur et de la densité de cette œuvre, fondée sur une démarche autobiographique.

 

Norbert Duffort, commissaire d’exposition

Diplômé d’histoire et d’urbanisme, Norbert Duffort effectue l’essentiel de sa carrière au sein du ministère de la Culture. Il accompagne de nombreux projets de commandes publiques, dont les vitraux de Pierre Soulages à l’abbatiale de Conques. Norbert Duffort est Administrateur du Musée international des arts modestes (MIAM) de Sète, Conseiller culturel auprès de collectivités territoriales et Commissaire d’expositions.

Pour cette édition 2021, le mystère infini des astres est au cœur de la Table de Noël à Fontevraud. C’est pourquoi cette table sera dressée de constellations lumineuses, colorées, végétales, animales, constellations de saveurs enfin.

Car tous les sens sont invités à cette table. L’encens de myrrhe, cadeau des Rois mages, fume dans de grands bruloirs, encerclés par 24 bougeoirs (les 24 jours de l’Avent). Des deux côtés de ces « soleil », des constellations de vases en verre se dessinent, où s’installe la végétation hivernale. Les assiettes du banquet évoquent les noms des constellations, celle de la colombe, du cancer, de l’oiseau, ou du petit renard… Treize plats et bols, comme les treize desserts de Noël forment enfin une constellation de saveurs.

 

Née à Paris, le 15 mars 1981, Marie-Aurore Stiker-Metral entreprend en 2007 une formation de designer industriel, complétée par quatre années d’études de philosophie. Elle travaille dans des champs variés comme le mobilier, le luminaire, le textile, la décoration ou la scénographie, pour des éditeurs (Ligne Roset, l’Atelier d’exercices, Oxyo…) ou des institutions (Ministère de la culture, le musée des Arts Décoratifs, etc.).

 

LA RÉSIDENCE À TABLE

Trois mois de résidence sont proposés à un plasticien, un designer ou un architecte pour revisiter l’espace de la table, élément incontournable du temps de Noël. Le public est alors plongé dans un univers plastique empreint de poésie, de joie et de nostalgie.

La cour Saint-Benoît, lieu de culture des herbes médicinales à proximité des infirmeries, est un lieu où l’on ressent une forme de quiétude. Baptiste Jan investi l’espace avec huit modules de bois. Une niche est creusée dans chacun de ces petits édicules pour nous laisser entrevoir l’âtre chaleureux du foyer de Noël, ici symbolisé par la houille.

Intégrés dans les cimaises (grands blocs monolithiques en bois qui servent à l’accrochage des expositions), des sérigraphies de blocs de tuffeau viennent chercher l’ancrage dans l’architecture de la Cour Saint-Benoît, tandis qu’une lumière évoque la source de chaleur du logis.

Cette installation est une invitation à la redécouverte des petites choses, de ces détails extraordinaires dont la beauté fragile incitent le regard à sortir de sa vue d’ensemble.

 

Après des études de viticulture et d’œnologie, Baptiste Jan entre aux Beaux-Arts d’Angers. Il travaille l’interaction sensible avec les matériaux. Montrer, sublimer les détails et les imperfections de la matière, usinée ou brute, avec une intervention la plus minime possible.

 

LA RÉSIDENCE JARDIN D’HIVER

Dans le cadre de son rôle de promotion de la jeune création, l’Abbaye Royale de Fontevraud développe un partenariat avec l’École des Beaux-Arts de Tours Angers Le Mans (TALM) afin de permettre à un jeune diplômé de réaliser une installation à la hauteur du monument. Le plasticien Baptiste Jan est le lauréat de cette première édition de la résidence.

Noël est un moment hors du temps, comme protégé de la réalité d’une certaine façon. C’est ce sentiment rassurant que l’artiste Anna-Eva Berge souhaite ici offrir à Fontevraud : un moment d’union, une bulle où l’œuvre, le lieu et les spectateurs ne feront qu’un. Ici rien ne peut arriver.

Les lignes lumineuses sont comme des veines de lumière qui donneraient vie à l’histoire de l’Abbaye. Elles épouseront chaque arrête, arche, et autres trésors d’architecture de la chapelle. Le rythme lent des projections lumineuses est important car il nous emmène progressivement dans une autre temporalité, apaisant notre rythme intérieur. Petit à petit, la déconnexion s’installe.

La création sonore a été réalisée par l’artiste sonore Fabrice Leroux.

 

Derrière l’acronyme A.I.L.O (Atelier d’Immersion Lumineuse et Obscure), se prononçant comme le mot hello, se cache la jeune plasticienne Anna-Eva Berge. Depuis 2014, elle expérimente les processus d’interaction entre lumière et obscurité, palpable et impalpable, réalité et reflet, pour créer des volumes : installations ou sculptures.

 

LA RÉSIDENCE SOUS LES VOÛTES

Un artiste est invité à penser une installation sculpturale pour l’écrin que constitue la chapelle Saint-Benoît. Œuvre clef du parcours artistique Noël à Fontevraud, cette œuvre doit intégrer l’équilibre des volumes tout en magnifiant la préciosité de l’architecture du lieu.

fermer
fermer
fermer
retour en haut

NOUVEAUX HORAIRES

L’Abbaye Royale de Fontevraud et le musée d’Art moderne passent en moyenne saison : Nous sommes ravis de vous accueillir de 10h00 à 19h00 tous les jours.

En savoir +

 

Certaines salles du musée d’Art moderne sont actuellement en cours de préparation au deuxième étage. Rendez-vous cet été pour l’exposition METAMORPHOSES. Dans l’art de Claude Monet à partir du 10 juin 2022.

En savoir +

INSCRIPTION NEWSLETTER