menu
Billetterie

La parade des Échappées de Pierrick Naud – Parcours d’art 2023

LE PROJET : LA PARADE DES ÉCHAPPÉES

 

La parade des échappées est une installation composée de céramiques émaillées, d’un dessin marouflé sur un mur et d’une œuvre sonore. Ce titre fait écho, de manière poétique, aux disparitions des sculptures dans les différentes niches de l’abbaye et aux tentatives d’évasions de prisonniers lorsque l’abbaye était un lieu carcéral.

 

Le sol en damier noir et blanc de la galerie Renée de Bourbon m’a fait penser à un jeu de dames et, par association d’idées, aux abbesses qui ont dirigé l’abbaye pendant 2 siècles. J’ai imaginé un ensemble de sculptures – pièces XXL d’un jeu imaginaire – composées de modules empilés en céramique blanche et noire évoquant à la fois le carottage d’un sol, les colonnes présentes dans l’enceinte de l’abbaye ou le lapidaire de la Madeleine.

 

Ces modules, ces socles, servant de piédestal à autant de sculptures figuratives en céramiques bleues – présences hybrides, étranges, oniriques – évoquant à la fois les abbesses et les prisonniers lorsque le lieu était une prison.

 

Le tout résonnant aussi avec l’installation de Germaine Richier, L’échiquier, grand (le Roi, la Reine, le Cavalier, le Fou, la Tour) présentée au musée d’Art Moderne de Fontevraud dans la collection de Martine et Léon Cligman.

En contrepoint de cette installation, un dessin marouflé directement sur un mur de l’abbaye crée une présence fantomatique – entre apparition et disparition – comme si la pierre expirait et laissait entrevoir une mémoire du lieu. Dans une des deux niches de la salle des chapitres, une céramique émaillée en bleu est installée, sculpture solitaire, en résonance avec celles du jeu de dames.

 

Une œuvre sonore accompagne les différentes propositions plastiques. Mélopée imaginaire, énigmatique, mélangeant langues réelles et inventées, superposition de ma propre voix faisant écho aux chants des nones et aux chansons des prisonniers.

 

Je laisse les spectat.eur.rice.s face à une énigme qui pourrait être celle de Fontevraud et à toutes ces questions non résolues.

 

Pierrick NAUD

ŒUVRE SONORE

Composition musicale en trois parties mélangeant langues réelles (à partir de collages de textes écrits en 1957 par des prisonniers) ou inventées (langues imaginaires). Pierrick NAUD porte un regard poétique sur l’histoire de Fontevraud, de sa création par Robert D’ARBRISSEL jusqu’au moment ou l’abbaye est devenue une prison.

 

1. Vers cet arbre sacré

2. Lorsque notre âme est pleine

3. Les tourments attendrissaient la roche

 

Pierrick NAUD : Voix et arrangements.

Jeannick LAUNAY : Enregistrement, mixage et arrangements.

fermer
fermer
fermer
retour en haut

Plus que quelques jours pour admirer le parcours d’art dont les expositions de Bachelot & Caron et les œuvres de Georges Jeanclos dans l’abbatiale.

> Découvrez la programmation jusqu’au 4 mars. ❄️​

 

L’entrée à l’Abbaye royale et au musée d’Art moderne est gratuite pour les moins de 18 ans et les étudiants de moins de 25 ans.

INSCRIPTION NEWSLETTER