menu
Billetterie

Reine de France puis d’Angleterre, partez à la découverte de l’histoire de l’emblématique Aliénor d’Aquitaine. Après une vie trépidante, Le gisant de la reine, l’une des plus emblématiques du moyen-âge, repose aujourd’hui à l’abbaye royale de fontevraud.

LES TEMPS FORTS DE LA VIE D’ALIÉNOR D’AQUITAINE

  • Vers 1124 : naissance d’Aliénor d’Aquitaine à Poitiers.
  • En 1137 : Aliénor d’Aquitaine devient en quelques semaine, comtesse de Poitou, duchesse d’Aquitaine et reine de France à la suite de son mariage avec Louis VII
  • En 1154 : Aliénor d’Aquitaine devient reine d’Angleterre à la suite de son mariage avec Henri II
  • Aliénor d’Aquitaine sera mère de 10 enfants : Marie de France, Alix de France, Guillaume d’Angleterre, Henri le Jeune, Mathilde d’Angleterre, Richard 1er, Geoffroy d’Angleterre, Aliénor d’Angleterre, Jeanne d’Angleterre et Jean Sans Terre.
  • Le 31 mars 1204 : Aliénor d’Aquitaine décède de vieillesse à Poitiers à l’âge de 82 ans

 

Le 25 juillet 1137, Aliénor d’Aquitaine épouse Louis VII le Jeune. La jeune reine est ambitieuse et capable d’influencer son mari, fou amoureux d’elle. Mais au fil des années, l’entente du couple est soumise à rude épreuve, le fort caractère de la duchesse d’Aquitaine s’accordant mal avec celui de son époux.

Depuis quelques années, elle a troqué ses habits de légende noire pour devenir un modèle d’émancipation, d’intelligence et de culture. Aliénor d’Aquitaine, reine de deux royaumes ennemis et dont le gisant se trouve à Fontevraud, reste l’une des femmes les plus marquantes du Moyen Âge ! 

Martin Aurell, spécialiste de cette femme qui fut à la tête de la France, puis de l’Angleterre, livre les éléments-clés pour comprendre ce personnage essentiel dans l’histoire de l’Europe.

UNE LÉGENDE NOIRE ENTOURE LA MÈRE AIMANTE

En 1137, Guillaume X, duc d’Aquitaine, décède. Son fils, Guillaume, étant mort en 1130, l’Aquitaine et le Poitou reviennent à sa fille aînée, Aliénor. Selon les dernières volontés du défunt, la jeune fille est placée sous la protection du roi de France Louis VI « Le Gros ».

 

Aliénor se retrouve, dès ses 13 ans, héritière d’un très vaste territoire : l’Aquitaine. Peu de temps après, en 1137, son protecteur, le roi de France Louis VI “Le Gros”, la marie à son fils, Louis VII .

 

Elle a à peine quinze ans, et lui seize. Leur mariage est destiné à asseoir l’autorité capétienne sur l’Aquitaine et le Poitou, où le suzerain détient peu d’influence. Rapidement, Aliénor saura tirer parti de l’emprise qu’elle exerce sur son mari : elle aurait favorisé l’union de sa sœur avec le sénéchal du roi et imposé la campagne de Toulouse afin de récupérer l’héritage de sa grand-mère.

 

Elle participe à la deuxième croisade avec son mari, mais lui donne seulement deux filles. Pas de fils, donc pas d’héritier. « C’est probablement ce qui pousse Louis VII à la répudier, en 1152. »

 

Une « légende noire » entoure Aliénor. On l’a notamment accusée d’avoir trompé son premier mari. « Cela tient au fait qu’elle a abandonné le roi de France pour le roi d’Angleterre, et aussi au fait que c’était une femme qui ne voulait pas se laisser marcher sur les pieds, et défendre ses prérogatives en tant que duchesse d’Aquitaine. Ce genre de jugement a toujours existé : encore aujourd’hui, quand une femme droite, intelligente et travailleuse monte dans une entreprise, certaines personnes l’accusent de promotion canapé », sourit l’historien.

 

LOUIS VII “LE JEUNE”, LE ROI AUSTÈRE

La jeune reine installe avec elle à la cour de France poètes et troubadours, parmi lesquels elle a été élevée. Louis VII, son époux n’est pas d’un naturel aussi joyeux. Originellement destiné à une vie monastique, le jeune prince se retrouve propulsé sur le trône de France à la mort de son frère aîné. Fidèlement conseillé par l’abbé Suger, le roi préfère ainsi la compagnie de la Bible à celle de la Cour. Aliénor aurait confié : « J’ai cru épouser un roi et non un moine ».

 

LE MEILLEUR PARTI DE FRANCE

 

En 1145, le royaume est en liesse : la reine est enceinte. Mais, à la grande déception du roi et de l’abbé Suger, Aliénor accouche d’une fille, Marie.

 

En 1147, à la suite d’un prêche de Bernard de Clairvaux, Louis VII part en croisade, accompagné de son épouse. Là-bas, leur relation se dégrade, et quelques chroniqueurs accusent la reine d’adultère avec son oncle, Raymond de Poitiers et prince d’Antioche.

Aliénor d'Aquitaine Livre Plantagenêt Fontevraud

En 1150, Aliénor donne naissance à une autre fille, Alix. L’absence d’héritier à la couronne de France s’ajoute à la mésentente du couple royal. En 1152, avec l’intervention de l’Eglise, leur mariage est annulé pour consanguinité.

De nouveau, plusieurs nobles convoitent la main du plus beau parti de France. Mais la duchesse d’Aquitaine est pleine de ressources : 8 semaines après l’annulation de son mariage, elle épouse Henri Plantagenêt et sera couronnée à ses côtés en 1154.

 

Âgé d’une vingtaine d’années, Henri Plantagenêt n’était pas l’époux initialement souhaité par Aliénor. La duchesse d’Aquitaine avait initialement considéré l’idée de se marier avec Geoffroy, le père d’Henri. Cependant, la mort prématurée de ce dernier à la suite d’une baignade dans le Loir a empêché cette union de se concrétiser. Probablement séduite par le titre des Plantagenêt, qui étaient alors les ducs d’Anjou, elle choisit finalement d’épouser leur fils, Henri.

TENSIONS FAMILIALES

Aliénor perd progressivement son influence sur son mari qui prend pour maîtresse la belle Rosemonde Clifford. Les interventions d’Henri II sur le duché d’Aquitaine détériorent également leur relation. À cela s’ajoutent bientôt des tensions familiales.

 

Les fils d’Henri et d’Aliénor s’attendent à hériter tout ou partie des possessions de leur père. Henri le Jeune, héritier du trône, est quant à lui impatient de prendre le contrôle des territoires paternels. La décision d’Henri II de donner les châteaux de Chinon, Loudun et Mirebeau à son dernier fils, Jean, contrarie ses autres enfants.

 

Loin de calmer les esprits, Aliénor soutient alors la querelle. Quelques barons anglais ainsi que Louis VII, roi de France, prennent parti pour la rébellion qui débute en 1173.

 

En effet, en 1173, après 20 ans de mariage, Aliénor se révolte, avec les fils qu’elle a eu de lui, contre ce mari autoritaire. Ces 18 mois de rébellion se soldent par un échec. Elle se retrouve surveillée pendant une dizaine d’années par Henri II, jusqu’à ce qu’il meurt en 1189, en se battant contre son propre fils, Richard Cœur de Lion.

LA REINE CAPTIVE

Bientôt, les fils et leur père se réconcilient. Aliénor, comprenant qu’elle va subir le courroux de son époux, tente de fuir pour se réfugier en France. Elle est alors capturée par les hommes d’Henri II avant d’être enfermée.

 

Si sa peine s’allège sur la demande de ses fils, la reine n’est véritablement libérée qu’en 1189, 15 ans plus tard, à la mort de son époux.

 

Son veuvage lui permet de gouverner librement son duché d’Aquitaine. Elle soutient successivement Richard, puis Jean sur le trône d’Angleterre.

Chasse Royale Fresque De La Chapelle Sainte Radegonde

LA GRAND-MÈRE DE L’EUROPE

Capable de représenter son mari ou de l’accompagner dans ses expéditions, la reine est considérée comme un modèle de vertu et de piété, intercédant entre le roi, représentant de Dieu, et le peuple, sur qui elle doit exercer sa charité.

 

Jouant le rôle de « Dame de paix », négociant des trêves, la souveraine doit s’efforcer de maintenir la paix dans son royaume, mais également au sein de la famille royale. Ainsi, la reine doit calmer les esprits, et ne jamais prendre parti.

 

« En réalité, Aliénor était une mère aimante, qui a eu beaucoup d’enfants, dont plusieurs deviendront rois. Elle aimait les arts et la culture, a parcouru l’Europe, est allée jusqu’en Terre Sainte. C’était une femme exceptionnelle. »

 

Femme exceptionnelle, qui, d’ailleurs, est morte à l’âge exceptionnel de 80 ans, à une époque où l’espérance de vie n’excédait pas 45 ans. C’est à l’Abbaye royale de Fontevraud que cette « grand-mère de l’Europe », au destin hors norme, a choisi de terminer sa vie. Pendant cinq ans, elle réside dans le village, entourée de ses serviteurs, et assiste aux offices de l’Abbaye, parmi les moniales.

Image : Chasse royale, fresque de la chapelle Sainte-Radegonde de Chinon. Datée de la 2e moitié du 12e siècle, elle mettrait en scène des membres de la famille Plantagenêt dont Henri II, Aliénor d’Aquitaine et Richard Coeur de Lion.

Photo : Chinpat CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons

Aliénor d’Aquitaine décède le 31 mars 1204 à Poitiers.

Aliénor d’Aquitaine décède le 31 mars 1204 de vieillesse à l’âge de 82 ans.

Les 10 enfants d’Aliénor d’Aquitaine sont : Marie de France, Alix de France, Guillaume d’Angleterre, Henri le Jeune, Mathilde d’Angleterre, Richard 1er, Geoffroy d’Angleterre, Aliénor d’Angleterre, Jeanne d’Angleterre et Jean Sans Terre.

Gisant Aliénor d'Aquitaine à l'Abbaye

PARCOURS & COLLECTIONS DE L’ABBAYE ROYALE DE FONTEVRAUD

 

Admirez la beauté épurée de l’église, recueillez-vous devant les gisants d’Aliénor d’Aquitaine et de Richard Cœur de Lion, découvrez des espaces d’exposition, des œuvres d’art contemporain, des dispositifs numériques étonnants et même une salle Lego pour vous improviser bâtisseur de cathédrales !

CATÉGORIES

TAGS

fermer
fermer
fermer
retour en haut

L’entrée à l’Abbaye royale et au musée d’Art moderne est gratuite pour les moins de 18 ans et les étudiants de moins de 25 ans.

INSCRIPTION NEWSLETTER