menu
Billetterie

Vrai ou Faux ? L’Abbaye Royale de la prison à aujourd’hui

Prison Entre 32 et 55

Fondée par un moine excentrique, construite par des hommes et femmes issus de toutes les conditions sociales, ayant abrité reines et prostituées repenties, transformée en l’une des prisons les plus dures de France, l’Abbaye Royale de Fontevraud porte avec elle plus de 900 ans de légendes, d’anecdotes et d’idées reçues sur ceux qui l’ont bâtie et habitée. Saurez-vous distinguer le vrai du faux ?

1 / Toutes les traces de la prison ont été effacées

 

FAUX 

 

Les différentes restaurations de l’Abbaye Royale débutent dès le 19e siècle, après le classement du site au titre des monuments historiques. L’architecte Lucien Magne intervient dès 1903 pour restaurer l’église abbatiale et les cuisines romanes : ces travaux effacent alors toute trace des dortoirs et ateliers de l’église. En 1963, lorsque les détenus quittent la centrale, le premier réflexe est de supprimer des traces de la prison. Toutefois, quelques installations (cages à poules, transformateur, etc) sont conservées. Dorénavant, elles sont considérées comme faisant partie intégrante du patrimoine de Fontevraud.

2 / Les détenus étaient enfermés dans des cellules

 

CE N’EST PAS SI SIMPLE

 

Les anciennes cellules des religieuses sont réaménagées lors de la transformation de l’Abbaye en prison. Elles deviennent des dortoirs destinés à accueillir les détenus. Cinq niveaux sont édifiés dans l’église abbatiale afin de gagner de la place pour installer d’autres dortoirs et des ateliers.

Progressivement, on tente de séparer les détenus par des cellules individuelles appelées « cages à poules ».

3 / Beaucoup de détenus se sont évadés de la maison-centrale de Fontevraud, prison « aux 1001 fenêtres et portes »

 

CE N’EST PAS SI SIMPLE 

 

Les gardiens et surveillants surnomment Fontevraud la prison « aux 1001 fenêtres et portes » en raison de son architecture inadaptée. Mais les fenêtres sont munies de barreaux solides et les rondes de surveillance sont nombreuses. En réalité, il est extrêmement difficile de s’échapper de la centrale de Fontevraud. Les rares évasions ou tentatives se sont généralement soldées par des échecs.

4 / L’Abbaye Royale a subi plusieurs réaménagements et travaux jusqu’à aujourd’hui

 

VRAI

 

L’architecture et les usages de l’Abbaye Royale évoluent constamment depuis près de 1 000 ans ! Des réaménagements majeurs ont profondément influencé le monument. De 1491 à 1670, les abbesses Renée, Louise et Eléonore de Bourbon font reconstruire le cloître du Grand-Moûtier, le grand dortoir et les infirmeries. À partir de 1804, 10 ans de travaux sont nécessaires pour transformer l’Abbaye en prison. Après la fermeture de la centrale, des restaurations sont engagées de 1963 à 1985. Aujourd’hui, l’abbaye évolue toujours, avec notamment la création du pôle énergétique en 2013, Fontevraud L’Hôtel et Fontevraud le Restaurant en 2014.

5 / Une crypte funéraire été retrouvée dans l’église abbatiale

 

CE N’EST PAS SI SIMPLE

 

Durant la seconde moitié des années 1980, les archéologues fouillent le sol de l’église abbatiale. Plusieurs découvertes sont faites notamment des traces de culture datant d’avant la fondation et les traces de la première église. La « crypte » visible aujourd’hui est un espace laissé volontairement ouvert pour accéder à ces vestiges.

Une crypte funéraire, appelée aussi caveau des abbesses, a été retrouvée dans la nef, mais elle fut remblayée.

Catégories
fermer
fermer
fermer
retour en haut

Inscription newsletter